Comment négocier au maroc

negocier-au-maroc
voyages 55

Vous n’êtes pas encore un pro de la négociation ? Nous ne sommes ni diplômés en techniques commerciales, ni mentalistes, mais en discutant avec les voyageurs que nous avons rencontré, avec les locaux qui ont accepté de nous révéler certains secrets et parce qu’on s’est parfois bien fait arnaqué, on a mis au point une petite technique pour essayer d’obtenir le meilleur prix possible dans les souks !

Avant de lister ces quelques conseils, un point à noter, l’alimentation ne se négocie pas au Maroc. Sauf rare abus de la part  du vendeur. Le prix annoncé est le même pour tous et il y a même souvent une carte indiquant les tarifs. C’est un point plutôt positif pour ceux qui n’apprécient pas la négociation.

7 règles à suivre pour marchander à la marocaine : 

Nous sommes voyageurs marocains et pour nous, voyager est une aventure journalière. Notre voyage commence en Inde, un pays pauvre mais tout aussi riche par sa culture et son histoire. Voyager dans ce genre de pays en mode backpackers est une histoire de débrouille, d'aventure, de découverte mais surtout de marchandage.

  1. BIEN CHOISIR LA BOUTIQUE: Le choix de la boutique où vous souhaitez faire vos achats est important.Tout d’abord, dans les médinas au Maroc, l’emplacement de la boutique peut jouer fortement sur le loyer du propriétaire de la boutique. Une boutique située à l’entrée des souks de Marrakech près de la place Jemaa el Fna coûte plus chère qu’une boutique perdue au fin fond de la médina. De même pour Fès, où certains morceaux de Talaa Kebira (la plus grande artère de la médina de Fès) sont beaucoup plus demandés que d’autres.

  2. PATIENCE ET BONNE HUMEUR: L’ambiance entre le vendeur et l’acheteur est le point n°1 : négocier fait partie de la culture marocaine, il est indispensable de l’aborder comme un jeu avec le commerçant. Vous êtes en vacances alors détendez vous, parlez avec le commerçant de votre voyage, d’où vous venez, ce que vous faites, le beau temps, … ne vous inquiétez pas, il saura animer la conversation.Si vous connaissez quelques mots en dialecte arabe comme “salam alaykoum”, “roya”, “choukrane”, ” inchalla”, “labes”, n’hésitez pas, les marocains et même plus généralement les locaux dans chaque pays, aiment beaucoup qu’on adopte leur langue.

  3. CONNAÎTRE LE PRIX: Demandez toujours les prix autour de vous avant d'entreprendre la négociation. Pour mieux négocier, il faut préparer et connaître plus ou moins le prix du produit avant de vouloir le baisser. Par exemple, quand nous atterrissons dans un nouveau pays (la monnaie est complètement différente), nous comparons d'abord les prix aux prix marocains et ensuite aux prix locaux. Quand vous êtes étranger, les prix seront souvent plus élevés que pour un local. Renseignez vous et basez vous toujours sur une moyenne du prix local. Si votre marchand ne veut pas vous vendre au prix local, allez chez celui d'à coté, il vous fera sûrement le prix. Notre technique quand on connaît le prix à l'avance, nous ne posons plus la question. Nous payons directement. Si le marchand vous réclame plus c'est qu'il essaye de vous arnaquer, ne vous laissez pas avoir.

  4. LE PRIX DE DÉPART: Le prix de départ peut souvent fausser une bonne négociation. C’est à dire qu’un produit vendu habituellement à 20 Euros peut vous être annoncé à 60 Euros, vous aurez beau négocier et obtenir une réduction de 30 Euros, vous serez quand même perdant car vous le payerez à 30 Euros et vous seriez alors toujours au dessus du prix du marché. Le mieux est de laissez le marchand vous donner le premier prix voir même le second. Une fois le prix annoncé, changez de sujet, parlez d’autres choses puis revenez à la charge en redemandant quel effort sur le prix il peut faire, puis demandez quel serait son dernier prix. Soyez donc attentif au prix annoncé dés le départ mais si vous avez suivi notre conseil n°2 alors vous devriez partir sur de bonne base 

  5. LE BLUFF: A l’annonce du prix, souriez ! (n’oubliez pas le conseil n°1 : vous êtes de bonne humeur et le n°2 : vous connaissez le vrai prix !). A partir de ce moment, montrez que vous connaissez le pays et sa coutume : vous n’êtes pas un simple touriste de passage mais un expert des souks du Maroc ! Toujours en souriant, faites comprendre à votre compagnon de négo que vous connaissez les vrais prix, que ce n’est pas la première fois que vous venez et “qu’il a bien essayé mais on ne vous la fait pas à vous”  et donnez votre prix.

  6. NE JAMAIS AUGMENTER SON PRIX !: Le vendeur va spontanément faire un premier « effort » en diminuant son prix. Refusez poliment, expliquez que c’est gentil de sa part mais qu’à ce prix là, cela ne vous intéresse pas. A ce moment-là, le vendeur vous demandera de monter un peu votre prix : « J’ai descendu le prix, monte un peu ton prix ! ».
    Ne jamais prononcer un seul prix, même lorsque le vendeur vous demande combien vous seriez prêt à mettre.
    Restez ferme sur votre décision, et n’entrez pas dans son jeu. Gardez en tête votre prix initial.

  7. LE FAUX-DÉPART: Faites mine de partir, toujours avec le sourire, en le remerciant pour ses efforts. Vous aurez surement un peu peur de perdre l’affaire mais nous vous inquiétez pas, ça ne durera que quelques mètres et le commerçant vous rappellera Il tentera une dernière fois de vous céder votre souvenir au dessus de votre prix mais un dernier refus de votre part et l’objet sera à vous … 4 fois moins cher qu’annoncé. Félicitations, vous avez gagné la négociation ! … et le vendeur aussi ! Effectivement, un commerçant ne vendra jamais un produit à perte : s’il accepte la vente, c’est qu’il a aussi gagné l’argent qu’il souhaitait … tout est bien qui finit bien ! Autre scénario : le deal ne se fait pas. Ne baissez pas les bras, la vente ne s’est pas faite dans cette boutique mais elle se fera dans la suivante ! Sans oubliez le conseil n° 1 : vous êtes content d’être en vacances, vous avez passé un bon moment avec un commerçant chaleureux et vous ne pourrez pas gagner au jeu du souk à tous les coups

  8. TENTEZ LE DÉPART SANS ACHAT:  Après avoir bien négocié le prix, si celui-ci ne me convient toujours pas, je tente le départ sans achat. Cette technique ne marche pas toujours mais quand elle fonctionne, vous êtes quasiment sûr(e) d'acheter au prix que vous voulez. Si vous la tentez à la fermeture, vos chances sont multipliées par deux.

Remarque:

Si vous faites plusieurs achats vous-même ou que vous avez l’occasion d’acheter vos produits avec d’autres personnes alors vous pouvez parfaitement négocier un prix de groupe, c’est d’ailleurs très apprécié. ET si vous êtes seul ? Pas de soucis, demandez lui un bon prix et engagez-vous à parler de lui aux autres touristes et à les ramener chez lui s’il vous fait un bon prix, vous n’êtes alors plus un client mais un rabateur 

Enfin sachez que vous aurez plus de chance de faire de bonne négociation tôt le matin, car une journée qui commence très tôt par une bonne vente est un très bon présage pour les commercants musulmans, ils seront donc davantage bienveillant et généreux.

N’oubliez pas, une bonne négociation ne se fait pas dans un rapport de force, estimez que votre négociation est réussi si vous considérez que le prix que vous payez est juste. Gardez donc le sourire et considérez cela comme un moyen d’échanger avec une personne qui, elle aussi est désireuse d’en savoir plus sur vous, votre pays et votre culture. 

Comment pouvons-nous l'améliorer?


     

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Catégorie